Home
 
 
 
 
   
 

Richard M. Nixon (1969-1974)

 
 

En 1969, le conservateur Richard M. Nixon, ennemi juré du clan Kennedy depuis sa défaite de 1960 face à John Kennedy, réalise enfin son rêve de devenir Président des Etats-Unis. Dès son arrivée à la Maison-Blanche, il rassure les Conservateurs blancs sur sa position vis-à-vis du Mouvement pour les droits civiques et des opposants à la guerre du Vietnam. Nixon n'aime d'ailleurs pas du tout les intellectuels, la presse ou toute autre personne qui puisse critiquer sa politique. Avide d'ordre et de justice, il est prêt à faire taire ses opposants. Les Afro-américains se font donc peu d'espoir. En ce qui concerne le fait d'engager ces derniers à des postes élevés, il déclare un jour  « avec les Noirs vous devez généralement mettre en place un incompétent parce qu'il n'y a tout simplement pas assez de Noirs compétents. Et donc vous nommez des incompétents et vous [devez] les acceptez, parce que le symbolisme est d'une importance capitale. Il faut montrer que vous vous en souciez » [1]. Pourtant en 1969, le Président Nixon met en place une mesure de discrimination positive (Affirmative Action) pour pousser les entrepreneurs à engager plus de minorités. Cette action laisse cependant les leaders noirs indifférents, au grand dam de Richard Nixon.

Pour gagner le vote des électeurs sudistes, Nixon essaie de nommer le pire juge que la Cour Suprême américaine ait jamais connu. Hostile au juge Thurgood Marshall, mis en place par l'ancien Président Johnson, il essaie de placer le ségrégationniste et ouvertement raciste G. Harrold Carswell. Heureusement, cette nomination est bloquée par le Sénat ; ce qui n'empêche le Président de continuer sur sa lancée. Il refuse en effet de faire de l'anniversaire du leader noir Martin Luther King un jour de congé national. Il s'oppose également de manière virulente au système de « Great Society » mis en place par son prédécesseur. La politique ouvertement libérale de Nixon ne correspond pas du tout à la politique plus sociale mise en place par Johnson quelques années auparavant. Et lorsqu'il prétend aider les Noirs sur le marché de l'emploi, le but du Président républicain est surtout de mettre en place une classe moyenne noire, plus encline à retourner vers son Parti. Ses efforts ne mènent pourtant à rien puisque lors des élections présidentielles de 1972, les Noirs continue à voter majoritairement pour le Parti démocrate. Néanmoins, Nixon remporte la majorité des votes dans tous les anciens Etats confédérés et démarre son second mandat, sans faire preuve d'aucune audace. C'est finalement le scandale du Watergate qui met fin à sa carrière politique. Richard Nixon laisse alors derrière lui un lourd héritage pour la nation américaine.



[1] Summers, 2000 dans Riches, William Terence Martin, 2003, The civil rights movement: struggle and resistance, 2nd ed., New York, Palgrave Macmillan, p. 104

 

 
     
     
   
 
     
     
     

Site réalisé dans le cadre d'un mémoire de fin d'études en journalisme - copyright 2006