Home
 
 
 

Malcolm X

 
  Le Black Power  
  A.V.L.  
 

Leader incontesté des années 60, Malcolm X est assassiné en 1965. Membre phare des Black Muslims , il quitte le mouvement peu avant sa mort dans le but de fonder sa propre organisation. Son assassinat est d'ailleurs attribué aux Black Muslims, alors hostiles à son départ du mouvement et à ses nouvelles idées politiques. Après avoir prôné l'autodéfense armée et la violence, Malcolm X a en effet complètement changé de cap idéologique dans la dernière partie de sa vie. Mais c'est sa mort qui en a fait un véritable mythe, véhiculé notamment par son autobiographie et le film de Spike Lee.

 
 

Malcolm X, une jeunesse difficile

Malcolm X naît en réalité Malcolm Little. Les parents du jeune garçon sont tous deux membres du mouvement nationaliste noir, mené par Marcus Garvey dans les années 1920. Raison pour laquelle il est témoin, à l'âge de quatre ans, de l'incendie de sa maison par le Ku Klux Klan. Sa mère étant seule pour élever ses enfants, ces derniers passent une grande partie de leur enfance dans des maisons d'accueil. Une institutrice blanche déconseille alors au jeune Malcolm, étudiant pourtant extrêmement brillant, de se tourner vers le droit. Malcolm passe donc son adolescence dans le ghetto de Harlem et survit principalement grâce à différents trafics et vols. A 21 ans, il est d'ailleurs envoyé en prison pour dix ans, à la suite d'une arrestation pour cambriolage.

> top

La découverte des Black Muslims

En prison, Malcolm X lit énormément, en apprend davantage sur l'histoire des Afro-américains et se convertit à l'Islam. Il découvre surtout la secte des Black Muslims d'Elijah Muhammad. Contrairement à ce qui est inscrit dans le Coran, Muhammad pense que « les hommes créés par Allah étaient tous noirs, et que la race blanche a été créée à cause de l'action diabolique d'un chimiste noir » [1]. Cette idéologie ne plaît bien évidemment pas particulièrement aux Blancs, qu'ils soient conservateurs ou libéraux. Lorsqu'il sort de prison en 1952, Malcolm change son nom d'esclave, « little », pour adopter le légendaire patronyme de Malcolm X. Il se rend ensuite au quartier général des Black Muslims à Chicago, bien décidé à entrer dans le mouvement. Malcolm X prend rapidement la tête des Black Muslims , juste après Elijah Muhammad. Il possède en effet une qualité rare, qui est celle d'orateur et de leader charismatique. Il devient donc porte-parole et figure emblématique de l'organisation, dont les points centraux sont le séparatisme et la fierté noire. Tout contact avec les Blancs doit donc être évité. Les membres les plus radicaux vont jusqu'à vouloir créer une nation noire. La philosophie de l'autodéfense est également prônée ; idée que reprendront les Black Panthers , quelques années plus tard.

> top

Malcolm X fonde sa propre organisation

Au départ, Malcolm X s'oppose de manière virulente à l'idée chrétienne de non-violence prônée par Martin Luther King. Il critique également la grande marche de 1963, car il accuse les leaders noirs de rentrer dans le jeu des Blancs. A la mort de John Kennedy, il va jusqu'à expliquer qu'il s'agit « d'un juste retour des choses » [2] pour tout ce que les Blancs ont fait subir aux Noirs. Il faut également souligner que le mouvement des Black Muslims est ouvertement antisémite. Tout comme une frange conservatrice de chrétiens blancs, les Black Muslims accusent les juifs d'avoir tué le Christ. Mais un jour, Malcolm X décide de se rendre en pèlerinage à la Mecque. Il découvre alors que les musulmans ne sont pas tous de couleur noire et qu'il est possible de collaborer avec d'autres ethnies ou religions. Il quitte donc l'organisation d'Elijah Muhammad, dont il ne partage plus les vues. Sa forte personnalité le rend de plus en plus populaire et, en 1964, il décide de mettre sur pied sa propre mosquée : la Mosquée musulmane. Il fonde également l'organisation pour l'unité afro-américaine. Pour Malcolm X, il devient essentiel que les Blancs et les Noirs s'associent pour faire disparaître le racisme et la ségrégation. Il prend alors exemple sur les Juifs, qui «contrairement aux Noirs n'ont jamais perdu leur fierté, ce qui leur a permis de se battre » [3].

> top

L'assassinat de Malcolm X en 1965

Ce revirement idéologique dérange les anciens partenaires de Malcolm X, membres des Black Muslims . Différentes tentatives d'attentats sont d'ailleurs perpétrées à l'égard du leader noir, avant son assassinat en 1965 à New York, durant un discours devant ses partisans. Ce meurtre est généralement attribué aux Black Muslims , qui n'ont guère apprécié sa 'trahison politique'. Alors qu'il s'était opposé aux grands mouvements non-violents des droits civiques dans les années 1960, on ne saura jamais où son revirement idéologique tardif aurait pu le mener. Juste avant sa mort, il était allé jusqu'à s'excuser de ses nombreuses attaques envers Martin Luther King. Malheureusement, l'image de Malcolm X la plus fréquemment diffusée aujourd'hui est celle de la première période de sa vie, celle de l'autodéfense et de la violence, et non celle du Malcolm X prêt à tendre la main vers d'autres peuples et d'autres religions. Comme de nombreuses grandes figures emblématiques, c'est surtout sa mort qui en a fait un véritable mythe, par le biais notamment de son autobiographie et du film réalisé par Spike Lee. Malgré cet engouement, il est pourtant difficile de deviner quel chemin Malcolm X aurait décidé de prendre s'il était encore en vie aujourd'hui.

> top

 
 

[1] Riches , William Terence Martin, 2003, The civil rights movement: struggle and resistance , 2nd ed., New York , Palgrave Macmillan, p. 92

[2] Universalis, 2006

[3] Riches , William Terence Martin, 2003, The civil rights movement: struggle and resistance , 2nd ed., New York , Palgrave Macmillan, p. 93

 
     
     
 
   
   
   
   
   
   
     

Site réalisé dans le cadre d'un mémoire de fin d'études en journalisme - copyright 2006